Les paysans de la communauté des producteurs se présentent

Karl Wippenbeck

Karl Wippenbeck n'est pas un agriculteur mais un paysan, cela est important pour le producteur laitier de Loiching. Avec sa femme Karin et sa fille Andrea, il s'occupe d'environ 200 bovins par jour dans sa ferme laitière.  Et la journée commence dès les premières heures de la matinée. La traite est une « priorité absolue » pour le père de famille de trois enfants. Tous les membres de la famille Wippenbeck sont assurément des éleveurs de bétail se consacrant corps et âme à leur travail.  En plus de l'élevage de veaux avec affection par sa fille Andrea, Karin Wippenbeck donne également un coup de main tous les jours dans la grande ferme d'environ 80 ha, notamment pendant les repas.

La régionalité et la durabilité sont les éléments centraux de l'activité économique

La gestion durable est l'objectif central de la ferme de Wippenbeck. L'entreprise familiale, fondée en 1960 par le père avec huit vaches et destinée à l'origine à l'élevage porcin, accorde déjà une attention particulière à la longévité des animaux pendant de l'élevage. La santé et le bien-être des animaux sont au centre des préoccupations et cette règle sera transmise de génération en génération. Car lorsque son père s'est concentré sur l'élevage laitier en 1965, il a également été un pionnier dans l'élevage de bétail contemporain en construisant l'une des premières stabulations de Bavière.

L'état de santé du cheptel bovin est régulièrement contrôlé en étroite collaboration avec le vétérinaire travaillant dans l'exploitation. Ceci inclut également l'observation quotidienne des animaux afin de réagir immédiatement aux changements. La philosophie de la ferme est d'éliminer les causes plutôt que de traiter les symptômes. Ceci afin de permettre aux animaux une vie aussi naturelle que possible. Cela passe également par l'alimentation. Car la production de la nourriture se fait presque exclusivement sur les terres familiales et est soumise à un contrôle de qualité régulier, que ce soit : de l'ensilage d'herbe et de maïs, de la farine de céréales ou une autre nourriture.

Avec passion et dévouement à son travail

Le bavarois vit l'amour de ses animaux, qui passent en moyenne une dizaine d'années à la ferme des Wippenbeck, jusqu'au bout. Parce que si on lui demande, il est également de son devoir d'accompagner ses animaux jusqu'à l'abattoir. Des procédures de transport soignées et des distances courtes doivent donc réduire le stress des animaux.  Pour cette raison, l'abattoir concerné n'est qu'à 58 km.

La passion pour son travail amène également le pompier actif dans divers comités et conseils de l'industrie laitière et de la viande, tels que

l'Association des producteurs de lait, la filiaire lait de Freising et la ErzeugerGemeinschaft Südostbayern eG. En outre, il tient à cœur à l'ensemble de la famille de donner aux jeunes générations l’image authentique d’une ferme traditionnelle mais également moderne, avec notamment diverses propositions de classes scolaires et d'activités de vacances.